Les conditions de vie pendant la fin de cette civilisation

From wikivie
Jump to navigation Jump to search

Nous pouvons concevoir plusieurs phases dans la fin de notre civilisation :

  • la phase de préparation
  • la chute
  • vivre dans une autre civilisation


La phase de préparation.[edit]

C'est phase pourrait être appelée effondrement lent.[edit]

L'influence de l'homme sur son milieu[edit]

Elle est caractérisée par le fait que nous utilisons à notre profit plus de choses que la terre ne peut produire ou bien des choses qui ne sont pas renouvelables à l'échelle de temps humain. L'homme est ainsi construit que, contrairement à la plupart des animaux et comme les vers de farine, il n'a pas le réflexe de conditionner son mode de vie aux capacités du monde dans lequel il évolue. Il en résulte naturellement la destruction de ce monde et donc la destruction du système humain.

Le système humain, comme la terre, est caractérisée par une inertie importante qui est l'élément moteur de cette lente évolution. Mais aussi et surtout la capacité des humains, leur intelligence, à transformer la matière et ainsi à résoudre ponctuellement les problèmes et ainsi, à prolonger son action.

Nous buvions l'eau pure des sources et des ruisseaux. Nous avons dégradé cet élément vital.

Après avoir détruit les éléments de vie dans les sols avec le labourage, nous avons dû compenser la fertilité naturelle des sols avec des engrais naturels puis, le marché construisant notre société, avec des produits chimiques.

Les réserves de l'eau ont été contaminée par ces produits chimiques et il est devenu de plus en plus difficile d'éliminer ces polluants, c'est-à-dire que les techniques mises en œuvre sont de plus en plus couteuses en énergie, en temps humains et en capital financier.

L'humain continue de vivre en ingérant quotidiennement des doses infimes de ses produits aux noms barbares. Des normes ont été définies qui limites la quantité de plusieurs centaines de substances dans l'eau consommée par les humains. Comment ces normes ont-elles été défini et quelles certitudes avons-nous que ces quantités infimes, accumulées jours après jours, n'ont pas d'influence sur le métabolisme des humains. Pourquoi voit-on fleurir dans les grandes surfaces des rayons de produits "sans gluten". Le gluten, que nous avons consommé pendant des milliers d'années, est-il devenu toxique ?

Le marché ou la civilisation de l'ambition non contrôlée.[edit]