Pourquoi nous avons créé cette association ?

From wikivie
Jump to navigation Jump to search

L'idée de cette association est venue de la recherche et de la découverte d'une solution aux problèmes que va poser l'effondrement de notre civilisation.

À partir des idées générales de l'évolution de notre terre, nous avons défini les étapes obligatoires pour aboutir à un embryon de civilisation vivable.

L'effondrement de notre civilisation, est-ce certain, est-ce une possibilité, est-ce une théorie ?

Nous pourrions poser une question identique concernant l'éventuel incendie de votre habitation. Mais pour votre habitation, vous faites attention, il y a des détecteurs d'incendie, vous ne mettez pas des feux libres n'importe où, et si malgré toutes les précautions que vous prenez, l'incendie arrive, alors l'assurance vous fera reconstruire votre lieu de vie.

Pour notre civilisation, c'est un peu différent. Nous savons tous ce qui pose problème. Mais nous continuons à le faire et même, nous amplifions notre comportement.

Nous consommons de plus en plus de pétrole, de gaz, de charbon, nous polluons les terres, les océans, nous extrayons toujours plus de minerais et de produits énergétiques, nous faisons la guerre ou plutôt les guerres, nous accaparons même ce dont nous n'aurons jamais l'utilité, etc...

Si cela ne suffisait pas, la civilisation s'appuie sur des constructions humaines qui sont de vrais châteaux de cartes comme la finance, et le moindre souffle verra s'effondrer ces constructions qui sont devenues le fil bien mince qui tient notre civilisation debout.

Pour nous, et cela est difficile à intégrer dans la vie, l'avenir est, de façon certaine, largement compromis. Nos petites filles qui rêvent de devenir institutrice, médecin ou architecte, ont bien du souci à se faire.

Depuis des mois, nous travaillons à imaginer comment passer toutes les étapes de cette transformation de notre vie pour aboutir à une organisation fiable et pérenne pour la vie des habitants.

Nous avons élaboré des scénarios qui tiennent compte des changements prévisibles dans notre environnement. Et la solution qui fait jour est pleine de nos espoirs.

Bien sûr, rien ne sera simple et les plus grandes difficultés ne viendront pas des éléments ou du climat mais des humains.

Il faudra d'abord qu'ils choisissent, les humains, une voie qui leur permet d'avoir un futur.

Nous savons que notre voie fonctionne et qu'elle possède les atouts permettant de construire un avenir assez serein. Il existe peut-être d'autres solutions et comme nous en avons explorés beaucoup, nous pouvons dire, qu'à notre connaissance, celle que nous exprimons dans nos sites est la seule qui permettra de vivre après l'effondrement. Mais nous pouvons nous tromper.

Donc les humains, c'est-à-dire toi, cher lecteur ou lectrice, vous allez devoir vous décider : bien, maintenant, je vais faire !.

Oui, tu dois décider et ne pas attendre que quelqu'un décide à ta place, ni le gouvernement, ni nos chefs de cordées, ni nos hommes politiques. Toi seul(e) est à la commande. Bien sûr tu as envies d'aller de l'avant, mais depuis le temps que tout se décide à ta place, tu ne sais plus ce que cela veut dire. Pardon pour tous ceux qui ont décidé de se mettre debout et de faire. Même si ce n'est pas toujours le bon choix, c'est un premier pas dans le bon sens.

Je vous assure que ce n'est pas gagné. Cette première étape, à la portée de tout individu normalement constitué, est la plus décisive.

La deuxième étape est de constituer un groupe, une communauté. Apprendre à gommer toutes les aspérités de nos caractères individualistes et égoïstes.

Apprendre à aimer l'autre, à aimer la différence, à être altruiste. Vous avez quatre années pendant lesquelles la ferme se construit pour apprendre à vivre. Et vous aurez encore besoin de beaucoup d'entrainement après ces quatre années.

La troisième étape consiste à faire ce qu'il faut faire pour que les humains puissent vivre. Et là, le nombre d'envies que ces humains voudront transporter dans la future civilisation sera innombrable.

D'abord l'argent. Plus de 80 % des gens avec qui je parle du futur veulent voir de l'argent. La seule chose qu'il faut vouloir absolument c'est la nourriture. Dans ce monde dégrader, ne pas respecter les règles intangibles capables de nous apporter cette richesse immense conduira quasi certainement à la fin de la ferme et de ses 500 habitants. Vouloir de l'argent plutôt que de la nourriture, c'est se tromper mortellement d'ambition.

Demain, les gens riches seront ceux qui pourrons manger avec certitude demain, les jours et les mois suivants.

Les peurs, souvent irrationnelles, sont aussi très mauvaises conseillères.

Le déferlement des Parisiens sur nos fermes de la ceinture de l'ile de France en est une très souvent exprimée et qui ne recouvre qu'une réalité très partielle. Cela ne sera pas plus dévastateur qu'un gros orage et ne durera pas beaucoup plus longtemps. Pour déferler, il faut avoir mangé.